Chauffage hybride : combiner le mazout avec un chauffe-eau solaire

Comme la plupart des gens, vous ne vous refusez pas le plaisir d’une douche revigorante. Il ressort d’une étude de GROHE, menée en 2018, que les Belges passent en moyenne dix minutes sous la douche et que, ce faisant, 41 % des jeunes tiennent peu compte de leur consommation d’eau. Heureusement, celle-ci préoccupe 80 % des personnes âgées de 55 ans ou plus. Avec un débit d’environ dix litres d’eau par minute, chaque minute compte. Pourtant, la durée de votre douche matinale n’est pas le seul point de vigilance : la façon de chauffer votre eau sanitaire détermine, elle aussi, le montant de votre facture énergétique et l’ampleur de votre impact sur l’environnement. En effet, le deuxième poste de consommation d’énergie de votre logement n’est ni l’éclairage, ni le frigo, ni le congélateur, mais… l’eau chaude sanitaire !

 

En optant pour une installation hybride grâce à la combinaison de votre chaudière au mazout avec un chauffe-eau solaire, vous vous engagez sur la bonne voie. Un chauffe-eau solaire adapté à votre consommation peut assurer 60 % de vos besoins annuels en eau chaude (voire 100 % en été). Mieux, un bon chauffe-eau solaire associé à un nombre suffisant de panneaux solaires thermiques sur votre toit vous permet d’économiser 200 à 300 litres de mazout par an. Intéressé(e) ? Lisez vite la suite !

Un chauffe-eau solaire… et le mazout en plan B

Lorsque vous combinez le mazout avec un chauffe-eau solaire, votre chaudière assure le chauffage de votre logement avec l’aide du chauffe-eau. Ce dernier produit de l’eau chaude sanitaire et préchauffe, éventuellement, l’eau de votre chaudière. Associer mazout et énergie solaire offre, ainsi, de nombreux avantages :

1. Durabilité

Tout d’abord, grâce à l’énergie renouvelable du chauffe-eau solaire, vous faites un geste écologique. Saviez-vous qu’un système hybride réduit de 10 % les émissions de CO2 par rapport à une chaudière à condensation au mazout utilisée seule ?

2. Confort

Votre chaudière au mazout vous garantit aussi un confort thermique optimal. En effet, le soleil ne suffit pas, à lui seul, à apporter suffisamment d’énergie tout au long de l’année. Vous avez donc intérêt à coupler votre chauffe-eau solaire à une chaudière au mazout. Ce faisant, vous bénéficierez de la chaleur et de l’eau chaude nécessaires pendant les plus froides journées d’hiver. Le chauffe-eau solaire prépare le terrain en préchauffant l’eau de la chaudière, qui devra ainsi moins travailler, ce qui vous permettra d’économiser du combustible.

3. Rendement

Enfin, la combinaison d’une installation au mazout neuve avec un chauffe-eau solaire offre un rendement beaucoup plus élevé qu’une chaudière classique. Avec une nouvelle chaudière à condensation, vous économisez 30 % d’énergie par rapport à un ancien modèle et encore 10 % de plus si vous la combinez avec un chauffe-eau solaire. Au total, cela fait 40 % d’économies... plutôt pas mal, non ?

Le fonctionnement d’un chauffe-eau solaire

Envie de savoir comment un chauffe-eau vous permet de réchauffer votre eau de vaisselle ou de bain avec les rayons du soleil ? Expliquons d’abord la différence entre les panneaux solaires photovoltaïques et thermiques. Le premier type de panneaux convertit la lumière du soleil en électricité pour l’alimentation des appareils électriques et de l’éclairage. Le chauffe-eau solaire utilise, quant à lui, des panneaux solaires thermiques, qui convertissent la lumière en chaleur. Nul besoin d’une journée particulièrement ensoleillée : le rayonnement « diffus » (à travers les nuages et la brume), qui constitue 60 % de l’ensoleillement global annuel en Belgique, suffit à activer un chauffe-eau solaire.

Le fonctionnement d’un chauffe-eau solaire

Outre les panneaux solaires thermiques, une installation de chauffe-eau solaire est constituée de cinq composantes tout aussi importantes :

  • Un réservoir ou ballon d’eau qui stocke l’eau réchauffée jusqu’à ce que vous en ayez besoin.
  • Un circuit de collecteurs, c’est-à-dire l’ensemble de conduites remplies de liquide de refroidissement qui relient les panneaux solaires au réservoir.
  • Un circulateur qui pompe la chaleur des panneaux vers le réservoir. Bien que la pompe fonctionne à l’électricité, sa consommation est négligeable.
  • Un régulateur électronique qui mesure la température des collecteurs et éteint ou active la pompe en fonction de celle-ci.
  • Un système de chauffage d’appoint qui produit de l’eau chaude lorsque les réserves sont épuisées ou que l’énergie solaire disponible est insuffisante.

Le chauffage hybride avec chauffe-eau solaire vous intéresse ?

À présent que vous connaissez les composantes, nous pouvons vous expliquer leur fonctionnement. Tout commence évidemment par l’énergie de la lumière solaire, qui est captée par les panneaux et convertie en chaleur. L’augmentation de la température provoque l’activation du circulateur, qui pompe la chaleur des collecteurs vers le réservoir. Le liquide de refroidissement, présent dans le circuit de collecteurs, réchauffe l’eau du réservoir, qui est ensuite renvoyée dans les collecteurs où elle est à nouveau chauffée. Le régulateur électronique surveille la différence de température entre le réservoir et les collecteurs et active la pompe lorsque la température du premier est inférieure à celle des derniers. C’est ainsi que la température du réservoir augmente progressivement tout au long de la journée. L’épuisement des réserves d’eau dans le réservoir ou le manque de lumière activent un chauffage d’appoint, par exemple une chaudière au mazout.

  • Cette vidéo vous montre comment fonctionne une installation de chauffe-eau solaire.
  • Pour en savoir plus sur les composantes du chauffe-eau solaire, consultez notre blog.
  • Nous y décrivons plus en détail le fonctionnement d’un chauffe-eau solaire.
  • Enfin, une installation hybride ne doit pas nécessairement se composer d’un chauffe-eau solaire et d’une chaudière au mazout. Ce dernier combustible se combine aussi à merveille avec une pompe à chaleur.

Le chauffage hybride avec chauffe-eau solaire vous intéresse ?

Les systèmes hybrides jouent un rôle majeur dans la transition vers un avenir neutre en carbone. Le besoin en chauffage des habitations existantes est bien plus important que celui des nouvelles constructions. Or, une source d’énergie 100 % renouvelable ne pourra jamais y répondre de manière rentable. Même dans les logements à basse consommation d’énergie ou les maisons passives, un chauffe-eau solaire parfaitement adapté à la consommation du résident ne pourra couvrir que la moitié des besoins thermiques. En Belgique, une couverture complète par les seules énergies renouvelables n’est pas encore envisageable. Il reste donc indispensable d’associer ce système à une installation au mazout. Si vous voulez réduire votre empreinte écologique sans réaliser des travaux coûteux de rénovation ou d’isolation dans votre logement, mieux vaut opter pour un système de chauffage hybride.

Dans la plupart des cas, l’installation d’un chauffe-eau solaire ne requiert pas de permis. Il vaut néanmoins la peine de vous renseigner sur les règles en vigueur dans votre ville ou commune, car certaines accordent des exceptions, notamment pour les logements protégés.

  • Vous n’êtes pas certain(e) que le chauffage hybride soit fait pour vous ? Consultez notre checklist pour trouver réponse à vos questions.
  • Sachez que plus de la moitié des Belges sont convaincus des avantages d’une installation de chauffage hybride.
  • Envie d’en savoir plus sur le fonctionnement concret d’une installation hybride? Nous éclairons votre lanterne sur notre site, où nous donnons la parole aux propriétaires d’une maison familiale et d’une villa avec salle de yoga.
  • Outre un chauffe-eau solaire, vous pouvez également opter pour un système hybride avec une pompe à chaleur.

Les différents types de chauffe-eau

Vous avez décidé d’opter pour un chauffe-eau solaire ? Dans ce cas, il ne vous reste plus qu’à choisir celui qui vous convient le mieux. Il existe en effet plusieurs types de systèmes.

Eau chaude sanitaire et/ou appoint à la chaudière

La fonction du chauffe-eau solaire est un premier critère de distinction. Outre les chauffe-eau qui ne produisent que de l’eau chaude sanitaire, il existe des dispositifs qui préchauffent l’eau de chauffage de votre chaudière. Ainsi, votre chaudière consommera moins pour chauffer l’eau des radiateurs, ce qui vous permettra de réaliser des économies d’énergie.

Collecteurs à plaques plates ou à tubes sous vide

Une autre distinction s’appuie sur le type de collecteurs solaires thermiques utilisés. En effet, vous avez le choix entre des collecteurs à plaques plates et des collecteurs à tubes sous vide. L’avantage des derniers est qu’ils peuvent atteindre de très hautes températures, même en cas de rayonnement diffus. Un chauffe-eau muni de tels collecteurs convient donc particulièrement à la météo belge. Son rendement est en outre supérieur à celui du chauffe-eau équipé de collecteurs à plaques plates, mais il est aussi plus cher.

Avec ou sans circulateur et système de refoulement

Enfin, il y a lieu de distinguer les chauffe-eau solaires classiques des chauffe-eau solaires pourvus d’un système de refoulement et d’un circulateur. Ces deux dispositifs réagissent différemment au gel. Dans les collecteurs thermiques du modèle classique circule du glycol, un antigel. Les chauffe-eau dotés d’un système de refoulement procèdent, quant à eux, à la vidange des collecteurs solaires dès que le mercure extérieur baisse trop.

Chauffage hybride : combien ça coûte ?

Le prix d’un chauffe-eau solaire est, notamment, déterminé par la taille de l’installation et par le type de chauffe-eau. Un chauffe-eau qui ne produit que de l’eau chaude sanitaire, par exemple, coûte moins cher qu’un chauffe-eau qui sert aussi de chauffage d’appoint. Concernant la taille, notons que 4 à 6 mètres carrés de collecteurs et un réservoir de 300 litres d’eau suffisent pour un ménage de quatre personnes. Outre la superficie des collecteurs solaires, le rendement du chauffe-eau dépendra aussi de leur orientation et de leur inclinaison. Un angle de 20 à 60 degrés est idéal, mais veillez à ce que la lumière ne soit pas bloquée par des arbres, des cheminées ou d’autres maisons.

Chauffage hybride : combien ça coûte ?

Le prix indicatif

Pour vous donner un prix indicatif, comptez 1 000 € par mètre carré de collecteurs solaires. Si vous investissez dans une chaudière à condensation au mazout neuve, les prix d’un système hybride avec chauffe-eau solaire varieront entre 7 500 € et 10 000 € (hors frais d’installation).

Surpris(e) par les prix ? Pas de panique, votre nouvelle installation se remboursera toute seule par une baisse de votre facture énergétique. Quant au temps de retour sur investissement, il dépend de votre consommation d’eau chaude, mais aussi de votre chauffe-eau actuel. Si le chauffe-eau solaire vient remplacer un modèle électrique, vous récupérerez plus vite le coût de votre investissement que si vous partez d’une chaudière avec chauffe-eau. En effet, il est bien moins avantageux de chauffer l’eau chaude à l’électricité qu’au mazout.

De plus, l’installation d’un chauffe-eau solaire vous donne droit à plusieurs primes. La Région wallonne propose ainsi une prime habitation dont le montant varie de 750 € à 4 500 € en fonction de vos revenus (attention, la prime est plafonnée à 70% du montant total des factures). Quant à la Région de Bruxelles-Capitale, elle accorde une prime de base de 2 500 €, 3 000 € ou 3 500 € selon votre catégorie de demandeur. Ce montant peut ensuite être majoré de 200 € si la surface des capteurs solaires dépasse 4 m². Découvrez toutes les primes existantes dans cet article et sur notre page d’aperçu.

En savoir plus sur les installations de chauffage hybrides avec un chauffe-eau solaire ? N’hésitez pas à éplucher notre guide et notre blog. Notre newsletter est une autre mine d’informations sur le chauffage durable !