Combustibles BtL ou Biomass-to-Liquid : vers un chauffage pauvre en carbone

Retour à l'aperçu
BtL

 

Les combustibles pauvres en carbone sont des alternatives aux combustibles fossiles, comme le mazout conventionnel. On investit beaucoup dans la recherche de ces combustibles afin de chauffer de manière de plus en plus durable. Le HVO est par exemple très prometteur. Ce combustible utilise les fractions de graisses résiduelles et de déchets de l’industrie alimentaire, piscicole, des abattoirs, ainsi que des fractions d’huiles végétales qui ne sont pas d’assez bonne qualité pour être consommées. Cette huile végétale hydrotraitée, mise sur le marché finlandais depuis quelque temps déjà, sert de combustible pour les chaudières et fait l’objet d’une étude auprès de certains particuliers dans notre pays, qui l’utilisent (sous forme de mélange) pour se chauffer. À cela s’ajoute l’alternative des e-fuels ou combustibles Power-to-Liquid (PtL), produits à base d’électricité provenant de l’énergie solaire ou éolienne et à base de carbone extrait de l’atmosphère ou d’autres sources. Dans cet article, nous allons plutôt nous concentrer sur les combustibles Biomass-to-Liquid.

Replaçons les biocarburants dans leur contexte

Autrefois, les biocarburants concernaient ceux produits à base de céréales, de betteraves sucrières, de graines ou de fruits. Pensez notamment à la première génération de bioéthanol ou EMAG (ester méthylique d’acide gras). À l’heure actuelle, les biocarburants sont encore produits à partir de plantes issues de cultures spéciales (plantes énergétiques) ou de parties non comestibles de cultures alimentaires. Les combustibles BtL ou Biomass-to-Liquid font partie de cette deuxième génération de biocombustibles.

Les combustibles BtL : d’origine végétale

Tous les types de biomasse sèche sont adaptés à la fabrication des combustibles BtL. Pensez aux substances résiduelles des bois, de la paille, de la pâte de bois, des déchets végétaux, des huiles végétales, et même des algues. L’éthanol, que nous connaissons surtout sous la forme d’alcool, est un exemple d’un tel biocombustible. De l’essence de qualité est produite à partir de déchets d’origine biologique grâce au « processus de transformation en bioliquide ». Ce processus offre de belles perspectives - ne fût-ce que parce qu’il se déroule dans un circuit de CO2 fermé.

 

Alternative au mazout

Les scientifiques qui mènent des recherches sur les combustibles pauvres en carbone recherchent en permanence une application qui soit compatible avec les combustibles et les installations existants. À l’heure actuelle, le coût de production des combustibles BtL est toujours élevé. La quantité de biomasse pouvant être produite durablement est aussi provisoirement limitée. Mais dès que la capacité de production (durable) pourra augmenter, le prix diminuera et suscitera dès lors davantage d’intérêt pour les particuliers. Puisque les combustibles Biomass-to-Liquid représentent un produit « drop-in », vous pouvez parfaitement les combiner avec le mazout dans l’installation dont vous disposez déjà chez vous. À terme, les combustibles BtL pourront même entièrement remplacer le mazout ordinaire.

Sur le même sujet

Nous nous focalisons ici sur les chaudières à haut rendement à la mode ces derniers temps et vous...
Remplacer votre installation au mazout par un chauffage au propane ? Nous vous expliquons pourquoi...