Le HVO testé chez un particulier en Belgique

Retour à l'aperçu

Informazout teste actuellement sur le terrain différents mélanges de gasoil de chauffage et de composants renouvelables pour un chauffage pauvre en carbone. Le HVO en fait partie. Nous vous présentons un test avec une chaudière traditionnelle fonctionnant avec 80 % de gasoil de chauffage et 20 % de HVO.

Produit ‘drop-in’

« Le HVO est un produit ‘drop-in’. Il ne nécessite pas d’adaptations du moteur ou de la chaudière et peut donc être mélangé à n’importe quelle proportion avec du mazout traditionnel. Si ceci est largement prouvé dans le secteur des transports, nous voulions également démontrer qu’une chaudière existante tourne tout aussi efficacement avec ce nouveau combustible liquide, sans avoir à en changer les paramètres », explique Willem Voets, General Manager d’Informazout

La société Dejap a assuré la livraison d’un mélange de 80 % de mazout et 20 % de HVO dans l’installation domestique de Jeroen Van Der Kelen, Managing Director de Testo.
-

Paramètres de la chaudière inchangés

« Notre chaudière est une chaudière ACV de 1996 avec brûleur Riello de 2006 », entame Jeroen Van Der Kelen. « Nous l’utilisons pour le chauffage et l’eau sanitaire, pour une consommation moyenne de 4.000 litres par an. Bien entendu, nous n’en avons pas modifié les paramètres, afin de pouvoir pleinement comparer son fonctionnement avec du mazout au fonctionnement avec le mélange HVO. »

Quels sont les résultats ?

Ceux-ci sont assurément positifs. La chaudière est passée facilement au nouveau combustible, sans ajustements. Les paramètres de combustion sont tout aussi optimal.

  • Le CO2 se stabilise rapidement entre 10 et 12 %, ce qui indique une bonne combustion.
  • Les mesures du 10 mars 2020 indiquent une teneur en CO de 8,3 mg/kWh pour un rendement de combustion de 93,2 % (Hi).

Si le CO monte un peu dans la minute après le démarrage, il n’atteint pas de pic particulièrement élevé et se stabilise dans une combustion normale, respectueuse de l’environnement. Ceci est conforme aux exigences de la législation.

Qu’en est-il de la consommation ?

« Elle est restée identique », affirme Jeroen Van Der Kelen. Le stockage ne pose pas non plus de problème. Neste, producteur finlandais de combustibles renouvelables, a stocké du HVO pendant plus de 10 ans, sans qu’il ne s’altère. Le HVO n’est en effet pas propice à la prolifération bactérienne. Toutefois, la combustion et la consommation ne sont pas les seuls paramètres décisifs. L’usure et l’encrassement sur le long terme sont également des paramètres importants. Cependant, après une saison de chauffe, aucun problème n’a été décelé. L’entretien s’est déroulé normalement, comme si la chaudière avait tourné avec du mazout ‘traditionnel’.

Chauffage pauvre en carbone

De nombreux tests sont actuellement réalisés en Europe. En Autriche, par exemple, treize installations de chauffage tournent actuellement au HVO pur, sans mélange de mazout et pour une période d’un an. En Allemagne, 42 installations de chauffage fonctionnent avec des combustibles liquides alternatifs, dont plusieurs mélanges XTL comme le R33, qui est un mélange de gasoil de chauffage, de 7 % d’EMAG et de 26 % de HVO. En fonction des résultats dans ces pays voisins, Informazout envisagera d’autres tests.

Nous espérons que ces tests de terrain permettront de mettre les nouveaux combustibles en lumière, et d’obtenir le soutien nécessaire du gouvernement belge pour les déployer à grande échelle.
Kurt Vanfleteren, Sales Manager pour la société Dejap

Sur le même sujet

Le mélange B20, une solution pour du chauffage durable ?