Pleins feux sur les combustibles neutres en carbone

Le mazout est de plus en plus souvent combiné avec des sources d’énergie renouvelables. Mais votre système de chauffage familier évolue aussi sur d’autres plans. La chaudière, par exemple, ne cesse d’être optimisée – remaniements qui ont notamment abouti à la création de la chaudière à condensation au mazout et de la chaudière au mazout modulante. Celle-ci adapte continuellement sa puissance à la demande. Avec de telles innovations, le secteur répond non seulement à l’intérêt croissant du consommateur pour des solutions de chauffage plus écologiques et avantageuses, mais aussi à l’objectif de l’Europe d’être parfaitement neutre en carbone d’ici à 2050.

Mais il existe d’autres innovations qui valent la peine qu’on s’y attarde. Ainsi, les scientifiques planchent actuellement sur le développement de combustibles neutres en carbone. Ces combustibles offrent tous les avantages sans les inconvénients du mazout :

  • ils sont disponibles en permanence et inépuisables ;
  • ils sont faciles à transporter et à stocker ;
  • ils sont gages d’une grande autonomie pour l’utilisateur ;
  • ils conviennent parfaitement à votre chaudière et votre cuve à mazout actuelles ;
  • ils génèrent moins de particules fines et sont pauvres (voire, à terme, neutres) en carbone.

Pour l’heure, les combustibles neutres en carbone ne sont utilisés en Belgique que dans le secteur des transports, mais l’objectif est d’étendre leur application aux dispositifs de chauffage. Regardons-les de plus près !

Trois types de combustibles neutres en carbone

Au total, on distingue trois types de combustibles neutres en carbone : le Biomass-to-Liquid ou Waste-to-Liquid, le Power-to-Liquid et le Power-and-Biomass-to-Liquid. Mais à quoi correspondent ces termes anglais ?

foret

1. Biomass-to-Liquid ou Waste-to-Liquid

Les combustibles Biomass-to-Liquid et Waste-to-Liquid sont les énergies renouvelables les plus connues. Elles sont produites à partir de biomasse ou de déchets comme la pâte de bois, les huiles végétales ou les algues. Dans cette catégorie, le combustible le plus prometteur est le HVO ou huile végétale hydrogénée (Hydrogenated Vegetable Oil en anglais). On l’obtient en traitant des huiles végétales et des déchets d’huiles de cuisson à l’hydrogène. Aujourd’hui, le HVO est produit à échelle commerciale en Finlande, aux Pays-Bas, en Asie et aux États-Unis, notamment.

éprouvette

2. Power-to-Liquid ou e-fuels

Les combustibles Power-to-Liquid (PtL), également appelés e-fuels, sont des combustibles synthétiques créés à partir de sources d’énergie solaire ou éolienne. Ils sont générés en extrayant du CO2 de l’air et en le combinant avec de l’hydrogène, lui-même extrait de l’eau par électrolyse grâce à l’électricité produite par l’énergie solaire ou éolienne. L’hydrocarbure liquide ainsi créé est, ensuite, raffiné en un combustible liquide. En résumé, les combustibles Power-to-Liquid ferment le cycle du carbone en recyclant le CO2, généré par l’utilisation des combustibles liquides, pour produire le combustible.

  • Notre blog vous propose un aperçu des e-fuels et des combustibles d’origine végétale, tels que le HVO.
  • En savoir plus sur le dioxyde de carbone ? Nous avons publié un article sur ce gaz à effet de serre important.

Saviez-vous que, pour évaluer l’impact sur l’effet de serre d’un combustible, il faut tenir compte de son cycle de vie complet et non seulement de la combustion finale ? Ainsi, contrairement à une idée reçue, le mazout n’est pas moins bon élève que le gaz naturel.

Power-and-Biomass-to-Liquid

3. Power-and-Biomass-to-Liquid

Enfin, la dernière option consiste à combiner les deux techniques précitées pour produire des combustibles Power-and-Biomass-to-Liquid. Dans ce cas, le CO2 n’est pas extrait de l’air, comme c’est le cas pour la technique Power-to-Liquid, mais résulte du traitement de la biomasse. La suite du processus est à peu près identique : l’hydrogène et le dioxyde de carbone sont combinés en un combustible liquide, qui permet une impressionnante réduction de 98 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux combustibles liquides classiques.

 

Se chauffer aux combustibles neutres en carbon ?

Les nouveaux combustibles liquides s’avèrent très prometteurs pour le chauffage, vu qu’ils conviennent aux chaudières actuelles et ne requièrent pas de profonde modification de notre système d’approvisionnement énergétique (contrairement au chauffage 100 % électrique, qui est irréalisable avec les alimentations actuelles en électricité). La grande percée se fera toutefois attendre : les techniques n’étant pas encore au point, les coûts de production des combustibles renouvelables restent très élevés.

combustibles neutres en carbone

Bien que les e-fuels soient déjà fabriqués en laboratoire dans le cadre d’un projet-pilote allemand, les regards se tournent surtout vers le HVO, dont le coût de production est comparable à celui du mazout. L’Allemagne, l’Autriche et la Suisse ont lancé plusieurs projets-pilote dans des logements équipés de chaudières neuves ou existantes, utilisant soit 100 % de HVO soit un mélange de HVO et de mazout. Ce mélange est de bon augure pour l’avenir, car il permet une transition progressive : plus la disponibilité de HVO sur le marché augmente, plus sa part dans le mélange deviendra importante, jusqu’à la substitution complète des combustibles fossiles par les sources renouvelables. Un autre avantage majeur est que les installations de chauffage modernes ne nécessitent pratiquement aucune modification pour fonctionner au HVO. Et les résultats sont impressionnants :

  • Dans un logement suffisamment isolé et équipé d’une installation de chauffage rénovée, dont le combustible se compose à 30 % de HVO, les émissions de CO2 baissent de 80 %.
  • En remplaçant 50 % du mazout par du HVO, les émissions diminuent même de 90 %.

À court terme, les combustibles Biomass-to-Liquid et Waste-to-Liquid devraient, eux aussi, entrer dans les mœurs.

Nous y faisons aussi la lumière sur d’autres avancées décisives pour l’avenir du chauffage. L’internet of things, par exemple, vous offre une meilleure idée de l’utilisation que vous faites de vos appareils (et, donc, de votre consommation d’énergie). L’IoT ne se limite évidemment pas au chauffage, mais permet notamment de développer des lave-linge et des frigos intelligents.

Et en attendant ? Le chauffage hybride…

Bien que l’introduction généralisée des combustibles neutres en carbone ne soit pas pour demain, il existe d’ores et déjà de nombreuses solutions pour se chauffer durablement au mazout.

 
remplacement

Remplacement

Consultez notre checklist sur notre blog pour vérifier s’il est temps de remplacer votre chaudière au mazout. Une chaudière neuve augmentera votre rendement jusqu’à 98 % tout en réduisant votre consommation et vos émissions de 30 %.
rendement

Rendement

D’ailleurs, la moitié des particuliers qui remplacent leur vieille chaudière au mazout le font en vue d’un meilleur rendement.
Chauffage efficace

Chauffage efficace

Vous trouverez des astuces supplémentaires pour chauffer votre logement durablement dans notre guide sur le chauffage efficace.
systèmes de chauffage hybrides

Systèmes de chauffage hybrides

Les systèmes de chauffage hybrides ont le vent en poupe. Couplez votre chaudière au mazout à une pompe à chaleur ou à un chauffe-eau solaire pour réaliser d’importantes économies d’énergie et réduire votre empreinte écologique.

Besoin de plus d’informations ? Demandez notre guide « Énergies du futur : les combustibles neutres en carbone » ou jetez un coup d’œil à notre blog.