Du chauffage au HVO en Finlande et le PtL soumis à des tests en Autriche : coup d’œil chez nos voisins

Retour à l'aperçu
hvo

L’Europe s’est fixé un objectif de taille : devenir une économie climatiquement neutre d’ici 2050. En d’autres termes, l’Europe ne pourra émettre aucun gaz à effet de serre dans l’atmosphère, sauf s’il est d’origine naturelle ou s’il est éliminé à l’aide d’un procédé technologique. Cet objectif de neutralité climatique forme le cœur du Green Deal et pousse plusieurs États membres à mettre sur pied des initiatives impressionnantes pour décarboner le secteur énergétique et rendre cette transition la plus juste et exhaustive pour tout le monde. Chez nous, par exemple, deux projets pilotes ont été menés afin de prouver que les combustibles liquides pauvres en carbone peuvent être utilisés pour se chauffer de façon durable sans avoir à investir dans une nouvelle installation. Dans la pratique, des tests ont été menés sur des mélanges composés d’une part à 80 % de mazout et de 20 % d’EMAG et, d’autre part, à 80 % de mazout et 20 % de HVO. D’autres tests avec des mélanges différents suivront dans le courant de cette année.

Dans cet article, nous quittons nos plates contrées pour jeter un œil chez nos voisins autrichiens et leur projet pilote de système Power-to-Liquid ainsi qu’en Finlande, pays ayant déjà une longueur d’avance, puisqu’il est le premier à vendre du HVO comme carburant pour les véhicules, mais aussi comme combustible de chauffage pour les habitations.

Autriche : des tests menés avec le PtL et les E-fuels

L’Institut autrichien pour le chauffage et le mazout (Institut für Wärme- und Öltechnik, IWO) a travaillé en collaboration avec AVL, un centre de recherche indépendant dans le secteur automobile, afin de mettre sur pied d’ici 2022 un système Power-to-Liquid du nom de « Innovation Flüssige Energie » (« Innovation Liquid Energy »).

Les combustibles PtL se composent d’un mélange d’hydrogène et de dioxyde de carbone (le célèbre CO2), qui est utilisé sous sa forme liquide après traitement. Notez que le processus d’électrolyse, alimenté par de l’énergie éolienne et/ou solaire, permet d’extraire le premier composant. Pour l’IWO, les plus grands avantages de ces E-fuels sont :

  • Le maintien des infrastructures existantes : les E-fuels peuvent être utilisés dans les installations de chauffage au mazout sans que des modifications radicales ou onéreuses soient nécessaires.
  • À l’instar du mazout, le transport et le stockage des combustibles PtL sont particulièrement faciles, ce qui permet de garantir une livraison tout au long de l’année.
  • Durabilité : les E-fuels ont été développés uniquement à base de combustibles renouvelables, pour ainsi réduire drastiquement les émissions en dioxyde de carbone de ces future fuels.
  • Indépendance : l’Autriche – et par extension chaque pays qui dispose d’installations PtL – ne doit plus importer de combustibles fossiles, mais les produira elle-même.

Jürgen Roth, le président de l’IWO, se montre particulièrement optimiste. « La réussite de cette transition énergétique réside dans les innovations technologiques dans le secteur des combustibles de synthèse », affirme-t-il. « Grâce à leur efficacité encore jamais enregistrée, les installations pourront à l’avenir fonctionner de manière plus écologique et la production des combustibles synthétiques pourra décoller. Nous diminuerons ainsi drastiquement les émissions de CO2. »[1]

Pour en savoir plus, nous vous invitons à visionner cette vidéo (en allemand).

Finlande : mise en vente du HVO pour le chauffage

Comme nous vous le disions, la Finlande a quant à elle une longueur d’avance, puisque vous pouvez déjà y acheter ce combustible pour chauffer votre habitation. En Belgique, vous pouvez trouver du HVO à la pompe pour faire le plein de votre véhicule, certes, mais il n’existe pas encore de réglementation pour les installations de chauffage.

L’entreprise finlandaise Neste, autrefois compagnie pétrolière traditionnelle et aujourd’hui leader du marché en combustibles renouvelables, a lancé en janvier 2021 un combustible 100 % HVO (qui ne contient donc pas de mazout) pour alimenter les moteurs de machines agricoles et forestières ainsi que les installations de chauffage. L’entreprise avait déjà proposé sur le marché une solution alternative pour le secteur du transport. Le vice-président Sales & Marketing B2B de Neste a qualifié la récente ouverture aux autres secteurs de « grand pas en avant » :

« Il est essentiel que la législation finlandaise ne soutienne pas uniquement la mobilité pauvre en émissions, mais encourage également la diminution des émissions dans le secteur du bâtiment et du chauffage. Suite au mandat BIO, une plus grande quantité de combustibles et de mazout seront produits en Finlande à partir de matières premières durables. Toutes les propositions afin de respecter les objectifs climatiques sont les bienvenues, mais quand nous analysons par exemple la motorisation électrique d’équipements lourds, il apparaît qu’elle n’en est qu’à ses débuts, alors que le HVO est une solution déjà disponible. Grâce à ce combustible, nous aidons aussi nos clients à contrôler la réduction d’émissions qu’ils souhaitent atteindre. »

Tous en route vers la transition énergétique

Vous souhaitez en savoir plus sur le HVO et les autres combustibles liquides pauvres en carbone qui devraient bientôt jouer un rôle majeur dans le chauffage de votre maison ? Dans ce cas, téléchargez notre guide gratuit ! Ils n’auront alors plus aucun secret pour vous.


Sur le même sujet

L'Hydrotreated Vegetable Oil est l'objet de nombreuses expérimentations. Nous vous...
Les e-fuels, vous connaissez ? Les combustibles PtL sont de potentielles alternatives durables au...