Révolution mazout vert: chauffer dorénavant de manière encore plus transparente, plus écologique et moins chère

Retour à l'aperçu

Révolution mazout vert: chauffer dorénavant de manière encore plus transparente, plus écologique et moins chère

L’automne annonce une nouvelle saison de chauffe. Il amène également de nombreuses nouveautés pour le consommateur : des appareils de chauffage plus efficaces du point de vue énergétique, des labels produits et package transparents et une amélioration significative de l’impact environnemental du mazout. Une révolution verte en trois étapes:

Etape 1 : labels produit et package Ecodesign

Le règlement européen Ecodesign entrera en vigueur le 26 septembre. Après cette date, les appareils de chauffage sous un certain niveau d’efficacité énergétique ne pourront plus être vendus dans l’Union Européenne. L’Europe souhaite par ce biais – et en vue des objectifs climatiques 2020 – augmenter le rendement, réduire la consommation et diminuer les émissions de CO2. Les nouveaux appareils reçoivent un label produit variant de G à A++. Des labels package sont d’application pour les systèmes combinant différents produits (une chaudière à condensation et des panneaux solaires thermiques par exemple), afin d’optimaliser le chauffage.

Les règlements en matière d’efficacité énergétique représentent un grand pas en avant sur le plan environnemental : seuls les appareils basse-température et les appareils à condensation les plus performants sont encore disponibles. Le client a en outre une meilleure idée de l’efficacité des produits. D’après Willem Voets, General Manager d’Informazout, « toute personne désirant faire des économies peut réduire significativement sa consommation avec une chaudière à mazout disposant du label A ».

Les appareils et systèmes existants ne relèvent pas de la nouvelle règlementation. Ils ne doivent donc pas nécessairement être remplacés. Il est cependant possible de diminuer son impact écologique avec une chaudière à mazout existante…

Etape 2 : transition vers un mazout à faible teneur en soufre

Une deuxième norme verte sera en effet d’application à partir du 1er janvier 2016. La teneur en soufre du ‘mazout normal’ passera de 1000 à 50 parts par million. Le consommateur en profitera triplement: il diminuera son impact environnemental, son rendement sera amélioré et le dépôt de suie sera limité, ce qui facilitera l’entretien de sa chaudière. La transition n’aura pas de conséquences négatives. Les consommateurs de mazout pourront épuiser leur réserve ou la mélanger à du mazout à faible teneur en soufre. Les réglages de la pompe à mazout devront éventuellement être à nouveau ajustés.

Etape 3 : chauffer de manière plus économe grâce à des appareils efficaces et des prix bas

Les règlements européens en matière d’efficacité énergétique et la transition vers du mazout à faible teneur en soufre assurent un chauffage plus efficace sur le plan énergétique. De plus, les prix du pétrole toujours bas permettent une diminution sans précédent de la facture d’énergie. Le prix maximal du fioul est récemment passé en dessous des 50 centimes d’euro par litre, soit près de moins de la moitié qu’il y a quelques années. De plus en plus de gens choisissent dès lors à nouveau le mazout. Durant les sept premiers mois de 2015, 12.100 chaudières à mazout ont été vendues en Belgique, ce qui représente une augmentation de 30% par rapport à l’année dernière.

Retour à l'aperçu