La conclusion d’une étude indépendante : tenant compte de l’ensemble du processus, les émissions de gaz à effet de serre du mazout sont plus faibles que celles du gaz naturel.

Si nous voulons atteindre les objectifs climatiques de 2050, nous allons devoir nous chauffer différemment. Ce point met tout le monde d’accord. Cependant, il y a souvent beaucoup d’incertitude sur la meilleure solution à adopter aujourd’hui.

Seule la recherche peut trancher

En misant sur une recherche appropriée, Informazout veut créer plus de clarté. En juin 2004 déjà, le bureau d’études RDC Environment avait publié une étude sur l’impact des émissions de gaz à effet de serre du chauffage au mazout et au gaz naturel. Il en ressortait que le remplacement des chaudières au mazout par des chaudières au gaz naturel en Belgique à partir de 2015 n’entraînerait pas une réduction des émissions de gaz à effet de serre sur 100 ans. En 2012, une mise à jour de cette étude a été réalisée. Ses conclusions étaient similaires. Cette année, nous avons demandé au même organisme de recherche neutre, RDC Environment, de réaliser à nouveau une étude indépendante afin d’actualiser les résultats.

Analyse du cycle de vie

Une analyse du cycle de vie complet : la seule façon de tout prendre en compte

Cette étude la plus récente comprend également une analyse du cycle de vie complet. Cette méthode est utilisée pour déterminer l’impact environnemental total d’un combustible. Depuis l’extraction jusqu’à la combustion finale en passant par la production, le transport et l’utilisation. Ce type d’analyse est l’idéal pour mesurer l’impact total et réel sur le climat.

Les 3 principales conclusions de l’étude

  1. Remplacer le chauffage au mazout par le chauffage au gaz naturel ne contribue pas à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en vue d'atteindre les objectifs climatiques.
  2. Au contraire. En 2030, les Pays-Bas cesseront l’exportation de gaz naturel. Le gaz naturel viendra donc de plus loin (entre autres de Russie, des Etats-Unis, du Moyen-Orient et d’Afrique) ce qui signifie qu’à court terme (20 ans), les émissions de gaz à effet de serre seront 22% plus élevées pour le chauffage au gaz naturel que pour le chauffage au mazout.
  3. Le remplacement des anciennes chaudières est beaucoup plus intéressant pour le climat

Envie d'en savoir plus sur cette étude indépendante?