Remplacer sa chaudière au mazout : tout ce que vous devez savoir avant de faire un choix

Retour à l'aperçu
remplacer chaudière

Votre chaudière montre des signes de faiblesse ? Vous désirez chauffer votre logement de manière plus durable ? Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur le remplacement d’une chaudière au mazout, y compris les différentes options qui s’offrent à vous.

Quand remplacer votre chaudière au mazout ?

La majorité des chaudières au mazout affichent une durée de vie de trente ans et plus, en particulier si vous respectez à la lettre l’obligation légale d’entretien annuel. Quant aux brûleurs, ils doivent être remplacés après une quinzaine d’années environ, après quoi votre chaudière sera à nouveau comme neuve. L’installation d’un nouveau système de chauffage ne doit donc être envisagée qu’à partir du moment où votre chaudière montre de véritables signes de faiblesse. Vous soupçonnez que c’est le cas ? Consultez notre site pour en avoir le cœur net ou informez-vous auprès d’un expert.

Quelles sont les alternatives si vous remplacez votre chaudière ?

Vous comptez remplacer votre chaudière au mazout ? Les solutions qui s’offrent à vous se résument à ceci : l’achat d’une nouvelle chaudière ou le choix d’une installation hybride.

Nouvelle chaudière au mazout

Cette première solution consiste à remplacer votre ancienne chaudière au mazout par un nouveau modèle de chaudière à haut rendement. Les modèles les plus populaires de nos jours sont les chaudières à condensation, mais vous pouvez aussi opter pour une chaudière basse température. Vous vous apercevrez vite que ces chaudières consomment moins que les modèles d’autrefois et proposent une efficacité de chauffe fortement accrue. La bonne nouvelle ? Ces avancées technologiques riment avec économies d’énergie et d’argent pour vous, le consommateur.

Chauffage hybride

L’autre option qui s’offre à vous est de remplacer votre ancienne installation au mazout par une nouvelle chaudière combinée à un système exploitant une énergie renouvelable. Ce type de solution porte le nom d’installation hybride et se compose à la fois d’une chaudière et d’un chauffe-eau solaire ou d’une pompe à chaleur puisant respectivement l’énergie du soleil ou de l’environnement extérieur.

Combustibles pauvres en carbone

Le saviez-vous ? Les modèles de chaudières au mazout modernes sont compatibles avec les combustibles innovants qui seront bientôt disponibles sur le marché. De nombreuses recherches se concentrent aujourd’hui sur les combustibles pauvres en carbone tels que le HVO et l’EMAG, des alternatives prometteuses aux combustibles fossiles traditionnels. L’autre bonne nouvelle, c’est que, pour utiliser ces combustibles, aucune adaptation d’ordre technique n’est requise au niveau de votre chaudière ou de votre citerne au mazout. Investir dans une nouvelle chaudière, c’est donc aussi investir dans une solution d’avenir.

Avantages d’une nouvelle chaudière au mazout

Que vous décidiez de remplacer votre chaudière au mazout par une nouvelle chaudière ou une installation hybride, vous réaliserez dans un cas comme dans l’autre des économies d’énergie et d’argent non négligeables. En effet, les chaudières à condensation actuelles sont devenues extrêmement économes grâce à leur rendement accru imputable aux avancées technologiques. Or, qui dit rendement accru, dit aussi baisse de la consommation de mazout, des dépenses énergétiques et des émissions de CO2 ! Vous l’aurez compris : remplacer son ancienne chaudière au mazout est à la fois une question de confort thermique, d’économies financières et de protection de l’environnement !

<Calculez ici les économies offertes par le remplacement de votre chaudière>

Quelle installation pour un ménage moyen habitant un logement moyen ?

Vous vous demandez quelle installation de chauffage est la plus adaptée à votre situation ? Pour apporter une réponse à votre question, nous avons demandé au bureau d’études indépendant Ph. Deplasse & Associés de réaliser une étude indépendante sur le sujet. D’après les résultats, la combinaison d’une chaudière à condensation et d’un chauffe-eau solaire constituerait l’option de chauffage la plus durable sur une période de quinze ans. Certes, le coût de l’investissement de départ est relativement élevé, mais il existe des primes pour vous aider à y faire face.

Remplacer l’installation de chauffage d’un logement belge moyen

Si vous désirez calculer le coût de la rénovation d’une installation de chauffage, sachez que de nombreuses variables entrent en ligne de compte. Pour comparer les différents scénarios avec objectivité, le bureau d’études Ph. Deplasse & Associés a mis en place un cadre d’étude aussi réaliste que possible. Le bureau s’est ainsi représenté une habitation ressemblant beaucoup à l’habitation moyenne belge : une maison trois façades à deux étages, d’une surface d’environ 180 m2 et bâtie pour un ménage de quatre personnes.

L’étude tient par ailleurs compte des frais totaux sur une période quinze ans, à savoir :

  • Les frais d’achat et d’entretien de l’installation.
  • Le coût du combustible.
  • Les coûts de financement.

Pour plus d’informations au sujet de la méthodologie adoptée par le bureau d’études, consultez cette page.

Le choix durable et économique : une chaudière à condensation avec chauffe-eau solaire

Si l’on prend en considération les coûts d’installation, de consommation, d’entretien et de financement sur une période de quinze ans, la solution la plus durable en cas de remplacement d’une chaudière au mazout est de combiner une chaudière au mazout à condensation avec un chauffe-eau solaire (pour un coût d’environ 3 467 € sur base annuelle). L’installation d’une chaudière au mazout à condensation seule (pour un coût annuel de 3 402 €) est quant à elle la solution la plus intéressante d’un point de vue financier pour la même période.

Chauffe-eau solaire et pompe à chaleur

La combinaison d’une chaudière à condensation au mazout et d’un chauffe-eau solaire sort donc grand vainqueur de ce duel des solutions. En cause ? Un coût de consommation annuel en combustible plus faible, mais aussi les primes disponibles, qui rendent l’investissement de départ financièrement plus intéressant sur une période de quinze ans.

Quant au passage au gaz naturel, il ne se révèle pas beaucoup plus avantageux que le choix d’une chaudière au mazout à condensation. Une étude récente démontre même que les émissions de gaz à effet de serre résultant de la combustion du gaz sont plus élevées que celles dues à la combustion du mazout, du moins si l’on considère le cycle de vie complet de ces deux combustibles.

Enfin, sachez que la solution la moins intéressante pour le remplacement d’une chaudière au mazout n’est autre que l’installation d’une pompe à chaleur 100 % électrique individuelle, voire d’une chaudière au gaz propane.

Sur le même sujet

Vous pensez à changer de chaudière et vous cherchez un nouveau modèle ? Découvrez ici les avantages...
Remplacer votre vieille chaudière énergivore ? Optez alors pour un appareil moderne et durable...