Quelles sont les caractéristiques physiques du mazout ?

Retour à l'aperçu
caractéristiques mazout

Si vous vous chauffez au mazout, vous connaissez sans aucun doute les bienfaits de ce combustible. Un radiateur de salle de bains vous permet d’avoir des essuies bien chauds, un séjour chauffé à bonne température est une invitation à d’agréables moments passés à table, devant la télé ou à lire un livre, etc. La liste est longue. Le combustible en lui-même, en revanche, reste peut-être un mystère. Si l’odeur qui se dégage lors d’une livraison vous est sans doute familière, vous connaissez peut-être encore mal ses autres caractéristiques physiques. Dans ce cas, vous trouverez tout ce que vous devez savoir sur le mazout dans cet aperçu pratique.

Le point éclair du mazout

Combustible fossile de couleur rouge brun, le mazout présente une densité oscillant entre 830 kg/m³ et 870 kg/m³ à une température de 15 °C – ce qui signifie une masse de 830 à 870 kilogrammes de mazout dans un mètre cube. Le mazout est un produit stable et sans danger, dont le point éclair, température la plus basse à laquelle un combustible émet des vapeurs inflammables, se situe entre 55 °C et 120 °C. Autrement dit, il ne s’enflammera jamais à température ambiante normale, ce qui rend son utilisation tout à fait sûre.

Comment le mazout est-il extrait ?

Tout comme le gaz (propane), le kérosène, l’essence, mais aussi le white spirit, le mazout est un dérivé raffiné du pétrole brut. Cette forme de distillation spécifique purifie le pétrole brut et le fractionne en différents éléments. La composition exacte du mazout dépend de l’origine du pétrole brut dont il est issu. En général, il se compose essentiellement de carbone et d’hydrogène, mais on y trouve aussi des particules de soufre, d’azote et d’oxygène.

Le mazout ne cesse d’évoluer

La composition du mazout ne dépend pas uniquement du pétrole brut dont il est dérivé, le combustible connaît également différentes évolutions et innovations. Le mazout est ainsi devenu beaucoup plus écologique ces dernières années, notamment en raison de sa teneur en soufre de plus en plus réduite. Résultat : moins d’émissions et plus de rendement !