Que choisir au moment de remplacer sa chaudière au mazout ?

Retour à l'aperçu
Prix
remplacer chaudière mazout

Une chaudière au mazout est capable de fonctionner durant de nombreuses années. Mais si vous avez acheté une maison équipée d’une ancienne installation ou que votre chaudière au mazout commence à montrer des signes de fatigue, vous faites alors face à un choix épineux. Faut-il continuer avec du mazout ? Ou plutôt choisir le gaz naturel, l’électricité, une combinaison de mazout et d’énergies renouvelables, comme l’énergie solaire ? Informazout a mené l’enquête pour vous via un bureau d’études indépendant, Ph. Deplasse & Associés. Voici les principaux enseignements que nous en avons tirés si vous désirez remplacer votre chaudière au mazout.

La conception de l’étude

Lorsque vous désirez calculer le coût de la rénovation d’un système de chauffage, de nombreuses variables entrent en ligne de compte. Pour comparer les différents scénarios avec objectivité, Ph. Deplasse & Associés a mis en place un cadre d’étude aussi réaliste que possible. À savoir une habitation ressemblant beaucoup à l’habitation moyenne belge : une surface d’environ 180 m2, 3 façades et 2 étages, prévue pour une famille de 4 personnes.

L’étude prend en compte les frais totaux sur 15 ans, notamment :  

  • Les frais d’achat et d’entretien de l’installation.
  • Les frais des combustibles.
  • Les coûts de financement.

Un choix durable et économique

Compte tenu des frais d’installation, de la consommation, de l’entretien et des coûts de financement sur une période de 15 ans, le plus durable est de combiner une chaudière au mazout à condensation avec un boiler solaire (pour un coût de 3 212 euros sur base annuelle) lors du remplacement. La chaudière au mazout à condensation seule (pour un coût annuel de 3 132 euros) est donc l’option la plus intéressante d’un point de vue financier pour la même période. 

Conclusions marquantes

La combinaison d’une chaudière au mazout à condensation avec un boiler solaire doit sa place au coût de consommation annuel le plus faible. Avec l’aide d’une prime, les frais d’investissement élevés deviennent également financièrement intéressants sur une période de 15 ans.

Le choix de passer au gaz naturel n’est pas plus avantageux que celui d’une chaudière au mazout à condensation.

Enfin, opter pour une pompe à chaleur 100 % électrique ou pour une chaudière au propane sont les options les moins intéressantes d’un point de vue financier.