Panneaux solaires thermiques et photovoltaïques : quelle différence ?

Retour à l'aperçu
panneau solaire thermique et photovoltaïque

Sans doute associez-vous les termes d’« énergie durable » et de « chauffage durable » à l’idée de panneaux solaires. C’est logique. Mais saviez-vous qu’il existe deux types de panneaux solaires ? Et que chaque type est utilisé à des fins spécifiques ? On distingue en effet les panneaux solaires thermiques et les panneaux solaires photovoltaïques. Apprenez la différence entre les deux dans cet article.

Les panneaux photovoltaïques : la variante la plus courante

Les panneaux photovoltaïques, parfois appelés panneaux PV, sont les panneaux solaires les plus communément utilisés. C’est sans doute cette variante que vous connaissez. Les panneaux PV sont souvent installés sur les toits d’habitations et convertissent l’énergie solaire en électricité. L’énergie ainsi produite peut être utilisée pour alimenter l’éclairage et les appareils électroménagers. Dans certains cas — s’il y a suffisamment d’espace pour installer plusieurs panneaux solaires —, ils peuvent aussi générer l’énergie nécessaire à un boiler pompe à chaleur.

Le chauffage durable à l’aide de panneaux solaires thermiques

Les panneaux solaires thermiques, également appelés capteurs solaires, convertissent l’énergie solaire en chaleur. Les solutions de chauffage durables avec panneaux solaires reposent, le plus souvent, sur ce type de panneaux. Ils sont couplés à un chauffe-eau solaire pour chauffer l’eau sanitaire ou à une chaudière au mazout pour préchauffer l’eau de l’installation, la chaudière ayant dès lors besoin de moins de mazout pour porter l’eau sanitaire et l’eau du chauffage à température.

Types de panneaux solaires thermiques

Les panneaux solaires thermiques se déclinent, à leur tour, en deux types. Tout d’abord, il y a les capteurs plans, qui constituent la variante la moins chère et, par conséquent, la plus utilisée. Ces capteurs présentent toutefois un double inconvénient : ils doivent être posés sur une surface inclinée et forment un seul tout, ce qui signifie qu’un défaut dans un capteur provoquera l’arrêt de l’installation entière.

Vous pouvez également opter pour des capteurs à tubes sous vide (également appelés « heat pipes »). Cette variante est légèrement plus chère, mais affiche un rendement supérieur. Outre le fait que ces capteurs s’installent n’importe où — même en position verticale contre un mur —, ils se composent de plusieurs tubes : ainsi, en cas de dysfonctionnement d’un tube, il suffira de remplacer le tube concerné et non le système complet.

Envie de savoir s’il vaut la peine de compléter votre installation de chauffage de panneaux solaires thermiques ? Découvrez-le ici !

Sur le même sujet

Faire des économies d’énergie est bon pour votre portefeuille et l’environnement ! Voici comment...
Transformer son habitation en maison intelligente ? La tâche semble ardue, et pourtant… Travaux de...