Les économies d’énergie restent la raison no. 1 pour remplacer la chaudière

Retour à l'aperçu
Pro

Les économies d’énergie restent la raison no. 1 pour remplacer la chaudière

La moitié des rénovateurs qui décident de remplacer leur ancienne chaudière par une nouvelle le font de façon consciente et proactive dans le but d’atteindre un meilleur rendement.

La hausse constante des coûts de l’énergie affecte les Belges. Entre 2014 et 2016, la facture d’électricité, à elle seule, a augmenté de 50%, et cela dû à toutes sortes de mesures et d’augmentations. A titre de compensation, nous recherchons alors d’autres façons d’économiser de l’argent.

Rénovation en Belgique

Au cours des dernières années, l’achat de maisons existantes dans le cadre de rénovations au compte-gouttes a pris de plus en plus d’importance.  Cette tendance s’explique, entre autres, de par le parc immobilier belge vieillissant et la pression financière mise sur les jeunes ménages. C’est pourquoi la priorité du secteur du bâtiment se situe manifestement dans le domaine de la rénovation. Le graphique ci-dessous montre une augmentation du nombre de propriétaires ayant – au cours des dernières années – réalisés des travaux dans leur habitation.  Nous notons également que le nombre de travaux réalisés par an est en hausse.  Avec le lancement du « Bonus de Rénovation Totale  » en Flandre, on s’attend à voir cette tendance se prolonger.

Graphique activité de rénovation de Belges
Source: Etude de rénovation Essencia 2017 (N = 2500; enquête en ligne, printemps 2017, concernant 2016)

Dans le cadre des travaux de rénovation en Belgique, 7% des rénovateurs belges remplacent leur chaudière. Les autres rénovateurs effectuent d’autres travaux de rénovation. Ainsi le remplacement de la chaudière occupe la 8ième position dans le tableau de tous les travaux de rénovation.

Examinons ceci plus en détail.

L’installation de chauffage, encore souvent une rénovation isolée

Malgré les incitants des autorités pour les bonus combinés, il semble que le remplacement d’une chaudière soit – dans 27% des cas – un acte isolé. En outre le nombre de demandes de subsides est relativement faible en comparaison avec d’autres installations alternatives. Il n’est question d’une demande de subsides que dans 25% des cas de chaudières remplacées, par rapport à 39% pour les pompes à chaleur et à cela monte à 50% pour les chauffe-eau solaires.

Nous constatons que 75% des rénovateurs font appel à un installateur pour l’achat de leur chaudière et que dans 90% des cas le placement de cette dernière est également assuré par un installateur.

Des économies d’énergie comme motivation

Selon l’étude de rénovation d’Essencia, il ressort que 70% des chaudières remplacées ont plus de 15 ans, dont 45% ont même plus de 20 ans.

Graphique age de l'installation

En ce qui concerne la motivation, nous constatons que le potentiel d’économies d’énergie constitue la raison numéro 1 pour le remplacement de la chaudière. Bien qu’une grande partie des rénovateurs (48%) décide de remplacer leur chaudière car l’ancienne est en panne, nous remarquons que la moitié prend  – quant à elle – cette mesure consciemment et proactivement en vue d’obtenir un meilleur rendement de la nouvelle ’installation. Seul 2% des rénovateurs utiliseront l’installation en tant que complément.

Graphique raison du remplacement

Certificat de performance énergétique

Malgré une « prise de conscience énergétique », nous constatons que la connaissance du certificat de performance énergétique (exprimé par un chiffre pour les habitations privées) est assez limitée. Seulement 5% des propriétaires est au courant de ce chiffre, tandis qu’une majorité ne peut même pas indiquer une appréciation supérieure ou inférieure. Il n’est donc pas étonnant que dans 16% seulement des cas de remplacement d’une installation de chauffage central la valeur E fasse l’objet d’une attention particulière.

Quelles sources d’énergie sont utilisées actuellement (primaires et complémentaires)

graphique sources d'énergie
Source: Etude de rénovation Essencia 2017 (N = 2500; enquête en ligne, printemps 2017, concernant 2016)

Le tableau ci-dessus illustre le fait que le gaz naturel est de loin la source énergétique la plus fréquente. L’électricité et le mazout, qui se suivent de près, viennent compléter le top-3. Précisons néanmoins que l’électricité revient souvent en tant que source secondaire.

Les installations alternatives, telles que les pompes à chaleur et les chauffe-eau solaires, prennent toujours plus d’importance grâce aux subsides offerts par les autorités publiques. Nous constatons également que la proportion de ce type d’installations, en comparaison avec le placement de chaudières, est plus importante lors de rénovations de plus longue durée. Les alternatives précitées faisant partie du « Bonus de Rénovation Totale » à partir de 2017, nous nous attendons à une augmentation d’autant plus forte.