Le rôle du chauffage au mazout dans la transition énergétique globale

Retour à l'aperçu
transition énergétique

Curieu(se)x de savoir comment évoluera la consommation des différentes sources d’énergie (mazout, gaz et énergie solaire) à travers le monde au cours des prochaines décennies ? Filip van den Abeele, ingénieur freelance spécialiste des pipelines, s’est mis en quête de réponses à ces questions dans plusieurs rapports, notamment celui du Conseil mondial de l’énergie, de l’Agence internationale de l’énergie et du Bureau international de l’énergie et de la société de classification norvégienne DNV GL. Il a présenté ses conclusions sur la transition énergétique mondiale lors de l’édition 2019 du congrès annuel d’Informazout, « reFuel The Future ».

En chiffres : la transition énergétique dans le monde

D’ici 2040, l’agence internationale de l’énergie (AIE) annonce une hausse de 27 % de la consommation d’énergie primaire, à savoir le gaz, les énergies solaire, éolienne et géothermique, le charbon, le mazout et l’énergie nucléaire. Ce chiffre n’a rien d’étonnant quand on sait, entre autres, que la population mondiale atteindra les 9 milliards d’individus en 2050 et que chacun d’entre eux aura donc besoin d’énergie pour s’éclairer, ou se chauffer entre autres choses. Le gaz devrait enregistrer la plus grande augmentation avec 9,5 %, mais la demande en mazout devrait également connaître une croissance : avec 3,3 % attendus, il prend la troisième place dans le classement des plus fortes augmentations.

Énergie solaire : la plus rentable

De son côté, l’énergie solaire s’annonce la plus compétitive. L’installation de panneaux photovoltaïques (pour la production d’électricité) enregistrera une croissance de plus de 50 %, principalement sous l’influence de la Chine. Les prévisions annoncent aussi une diminution des frais de production, ce qui devrait amplifier la croissance. L’énergie éolienne présente quant à elle le plus gros potentiel, car les experts prévoient que cette source d’énergie sera la première en Europe pour la production d’électricité d’ici 2035.

Sources d’énergie renouvelables et classiques

Le mazout est l’une des sources d’énergie les plus utilisées et, à l’instar de l’énergie nucléaire, n’est donc pas près de disparaître. Les experts prévoient une transition énergétique dans laquelle le mazout tiendra une place centrale. Si l’on prend uniquement le cas de la Belgique, un foyer sur trois se chauffe encore au mazout et de ce tiers, la moitié possède une installation qui n’est pas optimisée (qui fonctionne notamment avec un vieux brûleur). Rien qu’en remplaçant toutes ces installations par des chaudières avec un label énergétique A, nous pourrions déjà réduire nos émissions de CO2 de 3,1 millions de tonnes. Notez également qu’en combinant un nouvel appareil avec une source d’énergie renouvelable pour en faire une installation hybride, vous doublez presque les économies de CO2 réalisées avec 5,7 millions de tonne en moins dans l’atmosphère ! Il est temps pour votre chaudière de faire peau neuve ? Consultez alors notre simulateur d’économies pour connaître les avantages financiers liés à un tel changement.

Sur le même sujet

À l’instar de nos dirigeants, vous souhaitez aussi diminuer vos émissions de CO2 ? Lisez ici...
Envie de savoir où en est le développement des combustibles neutres en carbone, comme l’huile...