Le brûleur d’une chaudière au mazout modulante : un petit bijou de technologie

Retour à l'aperçu
brûleur

Dans un précédent article, nous vous expliquions qu’il existait plusieurs types de brûleurs. Nous avions même consacré un article entier au brûleur à flamme bleue, dont les émissions de CO ou de suie sont quasi nulles. Toutefois, dans notre secteur comme dans beaucoup d’autres, la technologie ne cesse d’évoluer. Il n’y a qu’à lire notre blog sur les combustibles d’avenir. Il était donc grand temps de vous éclairer sur les nouveautés en matière de brûleur, à savoir les modèles que vous retrouvez aujourd’hui dans les chaudières au mazout modulantes modernes. Ces chaudières flambant neuves ont fait leur apparition sur le marché belge il y a environ deux ans et présentent de multiples avantages : meilleure capacité d’adaptation à la demande, meilleur rendement annuel et émissions de NOx réduites. Parfait, n’est-ce pas ? C’est ce qu’on va voir !

Gicleur ou injecteur ?

Le fonctionnement du brûleur modulant à évaporation est inspiré du moteur à injection qu’on retrouve dans l’industrie automobile. Ceci explique pourquoi le gicleur habituel laisse sa place à un injecteur. Un mot d’explication :

  • Dans le cas d’un brûleur classique, le mazout doit être gazéifié ou pulvérisé afin de pouvoir produire de la chaleur. La gazéification ou pulvérisation augmente la surface de contact entre l’air et le mazout, ce qui permet d’enflammer ce dernier par une étincelle électrique. Comment cela fonctionne-t-il ? Le combustible (dans ce cas, du mazout pauvre en soufre) est chauffé si fort qu’une grande partie du liquide passe à l’état gazeux. Cette étape nécessite un grand apport en énergie car le mazout doit atteindre une température comprise entre 340°C et 360°C.
  • En ce qui concerne le brûleur modulant à évaporation, le processus est bien plus efficient. Ce modèle chauffe l’air de combustion jusqu’à obtenir une température comprise entre 320°C et 360°C. Une étape rapide qui demande moins d’énergie. Lorsque le mazout liquide est pulvérisé dans cet air brûlant, il est directement porté en phase gazeuse et rendu inflammable.

Le fonctionnement d’un brûleur modulant à évaporation

Le fonctionnement concret d’un brûleur modulant à évaporation mérite notre attention.

Tout commence lorsque la chaudière détecte une demande de chaleur. Le clapet d’air du brûleur se met en position de marche. Ce sont ensuite aux éléments de chauffage de s’activer pour réchauffer l’air de combustion. Cet air est ensuite dirigé vers la chambre de mélange, où un capteur enregistre la température. Une fois que la température dans la chambre de mélange atteint 320°C, la pompe à mazout s’active.

À l’étape suivante, le mazout liquide est pulvérisé dans la chambre de mélange où l’air de combustion y est brûlant. Cette température élevée provoque la gazéification immédiate du mazout. L’air de combustion chaud et le combustible gazeux se mélangent alors dans la tête de combustion pour former un mélange de combustible inflammable. Ce mélange est ensuite envoyé hors de la tête de combustion et est enflammé. Vous voyez de petites flammes bleues ? Le brûleur est alors en marche.

Si la température dans la chambre de mélange atteint environ 360°C, le brûleur a alors atteint son « état stationnaire », ce qui signifie qu’il n’a plus besoin d’énergie supplémentaire pour le fonctionnement des éléments de chauffe et le servomoteur. Le brûleur veillera alors à augmenter progressivement sa capacité afin de combler la demande.

Besoin d’installer un nouveau brûleur ?

Vous souhaitez que votre chaudière existante fonctionne comme une chaudière au mazout modulante ? Lisez alors ce qui suit attentivement. En effet, il est primordial que vous régliez dans un premier temps l’apport en mazout avec précision. Le principal problème que vous pouvez rencontrer est que le diamètre de l’injecteur doit être rétréci pour installer correctement le brûleur modulant sur votre chaudière. Le diamètre de votre injecteur est trop grand ? Deux solutions se présentent alors à vous : vous devez remplacer tout le tube ou installer une pompe de transfert. Un professionnel saura quelle solution est la plus avantageuse pour vous !

Une explosion ? Aucun risque !

À la lecture du précédent paragraphe et de termes comme « mélange de combustibles inflammable », des gouttes de sueur se sont mises à perler sur votre front, car vous vous imaginiez déjà votre installation exploser ? Nous vous rassurons tout de suite : une telle catastrophe est peu probable. Le mazout ne peut s’enflammer qu’à l’état gazeux ; jamais à l’état liquide. Le passage d’un état à l’autre nécessite, comme vous venez de le lire, un processus particulièrement complexe. Le mazout ne s’enflamme donc pas avec une simple allumette, c’est pourquoi vous pouvez stocker ce combustible dans votre habitation l’esprit tranquille.

Sur le même sujet

Dans un réservoir tampon multi-énergie, vous pouvez stocker différents types d'énergie...
Rien de mieux qu'un poêle à pellets pour créer une ambiance chaleureuse. Vous vous imaginez...