Combiner énergie solaire et mazout : à faire et à ne pas faire

Retour à l'aperçu
Hybride
panneaux solaires thermiques

Le respect de l’environnement est toujours plus ancré dans les mœurs. Laisser couler le robinet pendant que vous vous brossez les dents est un grand « non » et les habitations équipées d’un simple vitrage deviennent l’exception. Dans le domaine des installations de chauffage aussi, une réelle évolution s’est manifestée. Prenons l’exemple de la progression des installations hybrides, qui combinent notamment le mazout et l’énergie solaire. Elles produisent de l’énergie gratuite, sauf s’il y a trop peu de soleil. Le mazout est donc le plan B des jours sombres. Vous économisez donc de l’argent et préservez l’environnement. Cela vous tente ? Quelques points d’attention pour ceux qui envisagent de combiner panneaux solaires thermiques et mazout.

Réfléchissez bien à l’emplacement de vos panneaux solaires thermiques

Les panneaux solaires thermiques doivent bien sûr bénéficier d’un maximum d’ensoleillement. Il faut donc les orienter de manière intelligente (l’idéal étant entre le sud-ouest et le sud-est). Sur un toit en pente, placez-les avec une inclinaison de 20° à 60°. Faites bien attention aux arbres, cheminées ou autres éléments qui occultent vos collecteurs solaires, car ils peuvent faire diminuer fortement le rendement.

Comptez le nombre de collecteurs solaires dont vous avez besoin

Le nombre de panneaux solaires thermiques dont vous avez besoin dépend avant tout de leur fonction : voulez-vous uniquement chauffer vos sanitaires ou également participer au chauffage de la maison ? Votre situation familiale a, elle aussi, son importance. Une personne vivant seule consomme évidemment beaucoup moins qu’une famille de quatre. Pensez également à long terme : votre situation familiale est-elle vouée à changer ? Tous ces facteurs déterminent le nombre de collecteurs solaires que vous devez placer. Conseil : demandez conseil à votre installateur.

Faites placer votre installation au printemps

En faisant placer votre installation au printemps, vous démarrerez en trombe. Les conditions idéales pour un rendement maximal — une température d’environ 20 °C et peu de nuages dans le ciel — se présentent en effet surtout à la fin du printemps.

Placez le chauffe-eau à proximité du point d’évacuation

Les chauffe-eau solaires sont généralement placés au plus près des points d’évacuation afin de limiter les pertes de charge, souvent au rez-de-chaussée ou dans la cave. Vous n’avez de la place que dans le grenier pour un chauffe-eau solaire ? Assurez-vous alors d’avoir une surface solide, car le poids d’un tel chauffe-eau atteint vite les 300 kg. Mais votre toit également doit être apte à supporter les panneaux solaires thermiques. Si vous avez comme projet de remplacer votre toit, mieux vaut alors commencer par là. C’est en effet plus simple que devoir démonter les panneaux solaires thermiques par la suite.

Nettoyez régulièrement vos panneaux solaires thermiques

Pour garantir un rendement optimal en captant un maximum de soleil, il vous faudra nettoyer régulièrement vos panneaux solaires thermiques avec de l’eau et du savon. Utilisez un tuyau d’arrosage pour nettoyer les panneaux à grandes eaux si vous préférez ne pas monter sur le toit. Les fientes d’oiseaux semblent peut-être inoffensives, mais sachez qu’une grande tache peut déjà provoquer une perte de rendement de 5 %.